#Chronique : la vaste question du souvenir culinaire.

chronique atypique et gourmand : l'émotion en cuisine

Je commence aujourd’hui une nouvelle rubrique qui me tient particulièrement à coeur et qui concerne des réflexions sur des sujets food.
Et je voulais l’inaugurer avec le souvenir culinaire. J’ai remarqué qu’à la question « quel est votre meilleur souvenir culinaire ? », qui revient très souvent, la plupart des gens répondent soit par des souvenirs d’enfance (les crêpes de mamie, la boeuf bourguignon de maman, …), soit par des découvertes de cuisines étrangères, soit par des restaurants gastronomiques (en citant le nom du resto ou du chef mais rarement celui d’un plat). Je me suis du coup demandée pourquoi il était rare qu’un plat mangé au restaurant nous marque à vie et à quoi cela tient.

Perso les plats dont je me souviens spontanément des années après se comptent sur les doigts d’une main. Il y a d’abord eu un velouté de chou-fleur au Frenchie il y a cinq ans, puis une mozzarella fumée et pleurotes chez Blah Blah, une butternut et ricotta salata chez Bones et, plus récemment, un cromesqui d’agneau à l’oriental au Violon d’Ingres et un ceviche de truite marinée et truffe à l’Uma. Pour tous ces plats je me souviens bien sûr des saveurs mais aussi des jolies présentations, des compositions, des parfums ou encore des différentes textures. Je me souviens également avoir ressenti à chaque fois des chocs gustatifs si forts que je m’en suis tu (et il faut y aller pour ça !). Néanmoins, cinq plats marquants sur les centaines que j’ai eu l’occasion de déguster, ce n’est vraiment pas énorme. Et ce qui me surprends le plus c’est qu’aucun d’eux ne soit un souvenir de l’Arpège, de l’Atelier de Joël Robuchon ou de la table d’Alain Ducasse au Dorchester. De ces expériences je garde énormément de souvenirs incroyables mais pas des plats en tant que tels, aussi dingues étaient-ils. Par exemple, le dîner d’anniversaire de mon mec à l’Atelier de Joël Robuchon à Londres qui a duré sept heures pendant lesquels on a dégusté dix superbes plats en accord avec sept vins différents, est quelque chose de tellement fou que c’est l’expérience globale qui m’a réellement marquée. En définitive, ce n’est pas dans les restaurants qui m’ont donné le plus d’émotions et dont je garde le plus de souvenirs que j’ai dégusté les plats qui m’ont le plus bouleversé.

Après être bouleversé par un plat est aussi quelque chose d’abstrait pour pas mal de monde. Beaucoup de personnes que je connais n’ont d’ailleurs jamais ressenti ça « pour de la nourriture ». Peut-être parce que la majorité va au restaurant « pour sortir » et non pour découvrir une nouvelle cuisine, et qu’en plus, la plupart d’entre eux vont souvent dans les mêmes endroits et commandent souvent les mêmes plats. Alors forcément ce n’est pas en mangeant la même entrecôte-frites au bistrot du coin tous les mois qu’on va être chamboulé. Il faut peut-être sortir de sa zone de confort et faire preuve d’audace et de curiosité culinaire pour ça. Tous les plats qui m’ont justement marqué sont des surprises et des découvertes de préparations, de cuissons, de saveurs ou encore de produits que je ne connaissais pas et qui me laissaient en plus un peu sceptique sur le moment. À chaque fois, je ne savais tellement pas à quoi m’attendre que j’ai probablement été encore plus surprise d’aimer ça et du coup ça m’a peut-être même plus marquée.

Mais finalement le fait qu’un plat soit inoubliable ou pas est quelque chose de vraiment propre à chacun. Il n’y a pas d’ingrédients magiques à mettre dans une recette pour que ça marche, c’est plutôt à mon sens un feeling avec une cuisine à un moment donné. Un plat pourra bouleverser quelqu’un et en laisser un autre complètement indifférent. Le plat le plus marquant de mon mec est une déclinaison de saumon que j’ai également goûté mais qui ne m’a absolument pas transporté comme ce fut le cas pour lui. Un coup de foudre pour un plat est presque la même chose qu’un coup de foudre pour une personne, c’est rare, c’est quasi inexplicable et ça laisse un souvenir impérissable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>