Déjeunez Chez L’Ami Jean et vous vous en souviendrez longtemps.

Mettez votre palais en mode reset. Chez L’Ami Jean tout vous semblera familier, mais tout sera finalement très différent. Asperge, paleron, riz au lait. Le menu du dimanche chez maman vous dites-vous sûrement. Et bien détrompez-vous. Ces plats là vous ne les avez clairement jamais mangé avant. Et vous en redemanderez clairement après.

restaurant chez l'ami Jean - chef Stéphane Jégo - Paris 7

Chez L’Ami Jean les asperges sont laquées, grillées, servies avec un condiment moutarde, une poudre d’herbes fumées et accompagnées d’un maquereau également fumé mais surtout très fondant. Et tout est posé là comme ça, sur une grande planche en bois à partager. Quant au paleron, la pièce est d’abord cuite traditionnellement, puis elle repose, elle « croûte » et enfin elle grille. Ce qui en fait un paleron crousti-fondant absolument incroyable. Une texture incroyable (on pourrait l’effilocher avec les doigts, c’est dire), mais un goût et des saveurs encore plus incroyables. Et puis il y a le riz au lait. LE saladier de riz au lait servi avec une mousse de caramel au beurre salé et de la nougatine. Lourd ? Et bien aussi bizarre que ça puisse paraître, non ! Il semble monter à la chantilly tellement il est léger et aérien ce riz au lait.

restaurant chez l'ami Jean - chef Stéphane Jégo - Paris 7e

Vous aurez donc compris l’idée, chez L’Ami Jean on n’est pas sur une cuisine de paraître, mais sur une cuisine honnête. Une cuisine vraie qui n’a rien à cacher. Les produits utilisés par le chef Stéphane Jégo viennent tout droit des producteurs et sont ultra frais. La pêche est de la veille. Le cochon corse aussi d’ailleurs ! Preuve en est la photo de l’animal encore sur ses quatre pattes que le chef fait tourner en salle !

Et oui, c’est qu’il est aussi surprenant que sa cuisine ce chef. Si on ne le voyait d’ailleurs pas travailler dans sa cuisine ouverte, on aurait bien du mal à croire que les assiettes extrêmement soignées et délicates que l’on déguste sont son oeuvre ! Ici la décontraction, la bonne humeur et la convivialité ne sont absolument pas là au détriment de la passion, la rigueur et la qualité. Et c’est ça qui en fait une adresse rare que l’on voudrait garder jalousement pour soi. Ou plutôt, une adresse que l’on voudrait que ceux qu’on aime découvrent égoïstement grâce à nous…

restaurant sud ouest chez l'ami Jean - chef Stéphane Jégo - Paris 7e

Chez L’Ami Jean – 27 Rue Malar, 75007 Paris – 01 47 05 86 89

Le Violon d’Ingres, le gastro de Christian Constant.

Pour planter l’décor

Dans la foulée de ton article sur les restaurant étoilés à moins de 50€ à Paris, tu as réservé une table au Violon d’Ingres.

C’est un restaurant atypique

Christian Constant est un chef connu et reconnu. Il a formé beaucoup de monde, il a acquis une grande notoriété via l’émission Top Chef et son restaurant Le Violon d’Ingres possède une étoile au guide Michelin. Tu t’attendais donc à trouver dans cet établissement des prix exorbitants. Tu ne t’étais d’ailleurs jamais renseignée dessus pour cette raison. Et bien tu avais tort. Tu t’es laissée complètement avoir par les a priori. Du coup tu y as été il y a un mois, et à ce moment il y avait un menu midi semaine spécial été avec mises en bouche + entrée + plat + dessert + mignardises + verre de vin + café pour 47€. Ce prix est assez fou compte tenu du fait qu’il comprend le vin et le café et que la plupart des gastros qui proposent des prix d’appel abordables profitent des boissons pour faire largement grimper les additions. D’autant que dans ce genre d’endroit on ne te présente que très rarement la carte des boissons mais on te demande « ce qui te ferait plaisir » à la place, et on te l’apporte sans t’annoncer son prix (et comme toi tu ne veux pas passer pour une grosse pince tu ne poses jamais la question et tu attends ta note avec angoisse). Malheureusement, maintenant que l’été est terminé le menu midi est repassé à 49€ et ne comprend plus le vin ni le café. Néanmoins, le prix reste tout à fait correct pour un restaurant étoilé et prions pour que le menu à 47€ refasse surface l’été prochain !

& un restaurant gourmand

plat, Le Violon d'Ingres, restaurant gastronomique une étoile de Christian Constant Dessert, Le Violon d'Ingres, restaurant gastronomique une étoile de Christian ConstantMenu midi certes mais traitement une étoile quand même. Tu commences donc ton repas par deux mises en bouche au saumon et au foie gras très délicates (accompagnées de bon beurre et de bon pain). Tu enchaînes avec ton entrée : un piquillos au tourteau. Léger et frais. Tu poursuis par un cromesqui d’agneau aux saveurs orientales en plat. Ton coup de coeur. Un parfum et des saveurs de dingue, une texture crousti-fondante incroyable. Arrive ensuite un Saint-Honoré aux figues de Solliès en dessert. La crème est généreuse mais pas écoeurante et le coulis de figue -qui est servi devant toi- est sucré mais pas trop. Tu termines enfin par des mignardises légères, qui ne viennent pas plomber la fin de ton déjeuner. Tu es ressortie vraiment enchantée par ce repas tout en équilibre et avec beaucoup de personnalité. Le Violon d’Ingres fait maintenant incontestablement partie de tes tables préférées.

Le Violon d’Ingres
135 Rue Saint-Dominique, 75007 Paris – 01 45 55 15 05
www.maisonconstant.com/violon-ingres

L’Arpège, une expérience dans les étoiles.

Pour planter l’décor

La première fois où tu as pris l’avion, le jour où tu as décroché ton job, les vacances où tu as découvert le jet ski et le snorkeling ou encore le soir où tu as rencontré ton mec. Ces moments ne sont pas tout frais et pourtant tu t’en souviens dans les moindres détails. Ils t’ont laissé un souvenir impérissable. Ton dernier déjeuner au restaurant fait maintenant parti de cette liste.

C’est un restaurant atypique

C’est de l’Arpège dont il est question. Le restaurant triplement étoilé du chef Alain Passard. Et ici ce sont les légumes qui sont à l’honneur. Mais pas n’importe quels légumes. Ce sont ceux cultivés dans les trois jardins potagers que possède Alain Passard. Les légumes que tu dégustes sont donc un peu les bébés du chef. Des jardiniers les font naître, les nourrissent, les bichonnent. Et lorsqu’ils sont à maturité, Alain Passard les sublime pour révéler ce qu’ils ont de meilleur. Et selon lui, c’est facile à faire, il suffit juste de respecter les saisons parce que « c’est lorsqu’on met le printemps avec l’automne que ça ne va pas, sinon c’est simple ».

& un restaurant gourmand

Tu te souviendras pour un moment de ce repas. Non seulement parce qu’il est jusqu’à présent le meilleur que tu aies eu la chance de déguster mais aussi parce que c’est le plus long. Tu avais l’impression que tu n’allais jamais t’arrêter de manger. En comptant les amuses-bouches et les mignardises, ce sont pas moins de 17 étapes qui se sont enchaînées. Tour à tour : les radis avec beurre Bordier et pain maison, les coupelles croustillantes aux crèmes de légumes, le sushi de betterave, le mesclun au praliné de noisette, le tartare de couteau, l’oeuf au sirop d’érable, les ravioles potagères dans le bouillon, les asperges rôties, la crème de carotte avec épinards et citron confit, le velouté d’asperge à la crème de Speck, le turbot sauce au vin jaune et pomme de terre fumée, le couscous de légumes à l’huile d’argan et merguez végétale, le pigeonneau et hareng fumé, l’assiette d’Emmental et de Saint-Nectaire, la crème aux oeufs à la verveine, la tartelette aux pommes et amandes croquantes et enfin les mignardises (deux macarons, deux chocolats, deux nougats et un financier). Inutile de préciser que tout était excellent. Néanmoins certains plats t’ont transporté plus que d’autres. C’est le cas de l’oeuf, des ravioles, du velouté et du turbot. Des plats au goût inoubliable.

Le plus

Alain Passard fait le tour de toutes les tables de l’Arpège à la fin du service. Lorsqu’il est sorti de sa cuisine, c’est un peu comme si tu avais vu le Père Noël descendre de ta cheminée. T’étais à bloc, attendant impatiemment qu’il arrive jusqu’à ta table. Comme une vraie rockstar, le chef se prête d’ailleurs au jeu de la photo souvenir et des dédicaces. Pas de panique, si par malheur tu as oublié ta chère BD qui t’a fait tomber sous le charme du monsieur, ses livres sont tous exposés et en vente. Et comme si ce n’était pas assez, tu repars en plus avec un cadeau. Tu repars avec le couteau Opinel dont tu t’es servi pendant ton repas. C’est un peu la cerise sur la pièce-montée.

L'Arpège, le restaurant trois étoiles du chef Alain Passard

L’Arpège – 84 rue de Varenne 75007 Paris – 01 47 05 09 06 – alain-passard.com
Déjeuner dégustation en accord mets et vins à 145€ via Voyage Privé.