#Top 10 : les restaurants les plus originaux de Paris.

les restaurants insolites à Paris

Avec un blog dont le sujet principal est les restaurants atypiques, on te demande souvent quel est celui que tu trouves le plus insolite à Paris. Sachant que l’originalité est une notion plutôt subjective et qu’il y a énormément de restos qui sont atypiques pour des raisons hyper différentes, ce n’est pas une question que tu aimes beaucoup. La plupart des parisiens (et Google), répondront quasiment unanimement que le restaurant le plus original de la ville est Dans le Noir. Parce que tu manges dans le noir complet. Bon ok. Mais cet endroit tient plus de l’expérience, voir de l’attraction, que d’un dîner au restaurant. Tu y es servi par des non-voyants car l’idée de base était de sensibiliser à ce handicap et c’est bien sûr top. Mais à 50€ la formule entrée + plat + dessert (sans boisson) pour une cuisine moyenne, ça fait quand même très cher l’interrupteur éteint. Du coup voilà dix endroits moins foufous dans le concept mais tout de même très originaux.

Le plus dépaysant.

Le Blue Elephant : un grand restaurant thaïlandais avec un superbe décor de forêt tropicale.

Le plus trompe l’oeil.

Le Privé de dessert : un petit restaurant dont tous les plats salés ont la forme de desserts et les desserts celle de plats salés.

Le plus exotique.

L’Oga : un petit restaurant qui sert des viandes très spéciales (zèbre, kangourou, crocodile) et qui propose des brunchs de tous les continents du monde.

Le plus monomaniaque.

L’Entrecôte : une véritable institution qui n’a qu’un seul plat à sa carte, l’entrecôte – frites et sa sauce spéciale.

Le plus brocante.

Le Comptoir des Chineurs : un petit bistrot de Montmartre où le décor et la vaisselle sont à vendre.

Le plus décalé.

La Pointe du Grouin : un grand restaurant de tapas bretons qui a inventé sa propre monnaie (le grouin) et avec laquelle on est obligé de payer. Un distributeur de grouins a été installé à l’entrée pour convertir ses euros.

Le plus fast food.

MOB : un très grand fast food 100% végétalien à la cité de la mode. Ce concept, importé de Brooklyn, joue également sur le trompe l’oeil des plats.

Le plus théâtral.

Chez Hanafousa : un teppanyaki japonais où le chef cuisine sous nos yeux directement à notre table et joue avec ses ustensiles et la nourriture.

Le plus thématique.

Le Coq Rico : un grand restaurant dont le thème est la volaille. Tous les plats de la carte ont un rapport avec les bêtes à plumes.

Le plus surprise.

Guilo Guilo : un restaurant gastronomique japonais où l’on ne connait ni le menu, ni le nombre de plats et dont certains produits sont complètement inconnus en France.

La quinzaine de la Saint-Jacques au restaurant Chez Frezet dans le 18e.

Pour planter l’décor

On a complètement perdu la notion des saisons. Et pas à cause du temps qu’il fait non (enfin pas seulement). Mais parce qu’en cherchant un peu, on trouve à peu près tout ce qu’on veut, tout le temps, partout. La faute aux surgelés, la faute à l’importation, la faute aux restaurateurs qui proposent un risotto d’asperge en novembre, la faute à Paris où ce n’est pas mega easy de faire pousser quelque chose sur son balcon (quand on a la chance d’en avoir un), la faute aux parents qui, face à un « j’aime pas », abandonnent l’idée d’éduquer leurs enfants aux légumes (ceci dit je les comprends les enfants, moi aussi je fais la gueule devant une boîte d’haricots verts juste réchauffés ! Un peu d’imagination ou un p’tit tour sur Marmiton et ça passera tout seul bordel !). Donc, hormis quelques personnes averties, on ne sait globalement pas quand poussent les fruits et légumes que l’on consomme quotidiennement. Exceptions faites des citrouilles (Halloween oblige), des clémentines (parce que ça sent Noël) et des cerises (mais ça, ça doit être uniquement dû à un lointain souvenir personnel). Et puis alors, on sait encore moins que la viande et les produits de la mer sont également soumis aux saisons ! Franchement, qui sait qu’il est interdit de pêcher la Saint-Jacques d’avril à octobre mais que c’est autorisé à partir de novembre pour seulement trois jours par semaine pendant 45 minutes ? Ceux qui savent, respect.

C’est un événement atypique

Alors c’est sûr ce n’est pas une révolution, mais dans ce contexte « la quinzaine gourmande » du collectif RestoPartner est top. Pendant quinze jours, chaque saison, un produit est à l’honneur à la carte des restaurants qui participent à l’opération. Pour l’occasion, les chefs inventent une recette en phase avec l’esprit de leur établissement et ce mois-ci c’est donc de la Saint-Jacques dont il est question. Pour cette quinzaine de la Saint-Jacques, qui dure encore jusqu’au 23 novembre, ce sont donc 10 façons de cuisiner ce produit qui sont à découvrir dans 10 restaurants parisiens différents.

& un événement gourmand

Moi c’est Chez Frezet que j’ai décidé d’aller, ce restaurant de quartier de la rue Ordener au décor années 50 et à la cuisine française bien tradi. Une atmosphère chaleureuse et hyper conviviale règne ici. On se sent un peu hors de temps, tout simplement parce qu’on n’est pas dans l’air du temps. On est clairement à des années-lumières de tous ces nouveaux spots branchés pour bobos qui ouvrent tout le temps (sérieusement on ne sait plus où donner de la fourchette à la fin). Non, ici on est dans l’authentique, voir le rustique. Ici tu viens manger une tête de veau le dimanche midi avec ta mère, ta grand-mère, ta soeur et ses enfants (le resto est family-friendly et a des chaises hautes à dispo). Ici tu trouves des oeufs farcis chimay (duxelles de champignons et sauce mornay), une recette française bien classique, hyper bonne et pourtant quasiment introuvable. Et ici, en ce moment, tu trouves bien sûr des Saint-Jacques (d’Erquy et de Saint-Malo). Elles sont proposées juste poêlées, accompagnées de poireaux et d’une réduction de jus de viande et vinaigre de xérès. C’est bon et la sauce au jus de viande est très surprenante. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ça s’accorde très bien avec le mollusque !

Chez Frezet
181 rue Ordener, 75018 Paris – 01 46 06 64 20
chezfrezet.com restopartner.com

La quinzaine de la Saint-Jacques : en novembre dans le restaurant Chez Frezet à Paris.La quinzaine de la Saint-Jacques : en novembre dans le restaurant Chez Frezet à Paris.La quinzaine de la Saint-Jacques : en novembre dans le restaurant Chez Frezet à Paris.La quinzaine de la Saint-Jacques : en novembre dans le restaurant Chez Frezet à Paris.

Évènement : Le chien chaud fait son show pendant un mois à Montmartre.

Pour planter l’décor

Prenez Cristian, l’expert ès junk food auteur de FastandFood. Ajoutez Julie Basset, la jeune chef aux influences exotiques et à la patte raffinée. Enfournez ce mélange chez Lekker, le concept store le plus atypique de Montmartre, tenu par les chasseuses de coolitude Solène et Sophie. Vous obtiendrez alors « Culture Chiens Chauds », une très chouette collaboration à huit mains qui vous fera repenser votre définition du fast food.

C’est un évènement atypique

Culture Chiens Chauds c’est le restaurant éphémère du blog FastandFood entièrement dédié au hot-dog, la plus street de toutes les food. Ce restaurant prendra vie dans l’espace restauration plutôt orienté healthy de la boutique Lekker. Tout cela paraît incompatible ? Oui mais non. Parce que les hot-dogs -ou plutôt les chiens chauds- n’auront rien de classique. D’ailleurs, pas une saucisse de Francfort à l’horizon ! La traditionnelle saucisse glissée à l’arrache dans un bout de pain et engloutie en deux secondes dans la rue a été totalement réinterprétée et upgradée. Les Chiens Chauds by FastandFood et Julie Basset s’inscrivent complètement dans la grande tendance du fast casual, la restauration rapide premium. 

& un évènement gourmand

Le restaurant de hot-dogs FastandFood chez Lekker à MontmartreSix recettes de chiens chauds, sur le thème du monde et du voyage, ont été créées.

  1. L’Abymes, aux saveurs antillaises : pain au lait, accras de morue, chou vert, carottes, poivrons, piment doux, gingembre et sauce chien. Accompagné de bananes plantains.
  2. Le New Delhi, aux saveurs indiennes : cheese nan, saucisse de tofu, épinards au curcuma, galette de pommes de terre et crème au curry. Accompagné de raïta.
  3. Le Mitraillette, aux saveurs belges : baguette, boudin blanc, choucroute, oignons confits, poitrine fumée et compotée de pommes. Accompagné d’haricots plats.
  4. Le Chef, aux saveurs françaises : pain tradition, gite de boeuf, carottes, haricots verts, choucroute et moutarde à l’ancienne. Accompagné d’un écrasé de pomme de terre.
  5. Le D’addis Abeba, aux saveurs éthiopiennes : galette de blé noir, émincé de boeuf au curcuma, lentilles corail, tomates au paprika et fromage frais citronné. Accompagné de pois noirs moulus.
  6. Le Banh Mi, aux saveurs vietnamiennes : pain aux graines de sésame, ballotine de poulet, concombre, oignons frits, coriandre fraîche, mayonnaise et sauce soja. Accompagné de carottes à l’huile de sésame et confit de mangue.

Les infos pratiques

Le restaurant éphémère Culture Chiens Chauds sera ouvert du 6 novembre au 5 décembre (au fond de la boutique Lekker). Une recette différente sera à l’honneur tous les deux jours. Niveau prix, la formule hot-dog + accompagnement + boisson sera à 12,5€ et pourra être dégustée sur place ou à emporter (du mardi au dimanche de 11h à 20h).

Lekker Kkoncept Store
35 rue des Trois Frères 75018 Paris – Métro Abbesses

Photos : David Dang