Le nouveau spot des Buttes Chaumont.

Pour planter l’décor

Hormis le Rosa Bonheur au coeur même du parc des Buttes Chaumont, le 19e n’avait pas encore son bistrot à bobos et repère à hipsters, ni sa it-terrasse, ni sa carte de plats tout droit venus des US. Son the place to be en somme. C’est maintenant chose faite avec le Danny Rose. Incontestablement une des nouvelles adresses sur laquelle il y a le plus d’articles en ce moment. Tu voulais donc voir de quoi il en retournait…

C’est un restaurant atypique

À la différence de nombreux autres endroits qui ont éclos dernièrement, Danny Rose n’est pas seulement original parce qu’il propose de la bouffe américaine. Il l’est aussi et surtout pour son aménagement. Il a été conçu comme un véritable lieu de vie. Plusieurs espaces à la déco vintage cohabitent. À l’extérieur, une grande terrasse trône face aux Buttes Chaumont. Et à l’intérieur se mêlent des banquettes qui longent les baies vitrées, un grand bar où t’accouder, des petites tables plus isolées et aussi une grande partie salon plus cosy, avec fauteuils et tables basses posées sur tapis. Tu peux donc venir t’installer dans le coin qui te ressemble le plus pour prendre un café, boire l’apéro ou bien manger. C’est très agréable et tu t’y sens tout de suite très à l’aise. 

& un restaurant gourmand

Tu trouves les classiques américains. Crab cake, salade caesar, wrap cajou, travers de porc, cheesecake et bien sûr cheeseburger. On est bien dans le fat, la promesse américaine est bien tenue. Par contre tu avais lu des critiques dithyrambiques sur le burger et ses frites maison et aussi que tu avais le choix entre du comté ou du cheddar. Alors était-ce un mauvais soir ou pas, mais toi tu n’as pas eu le choix du fromage, tu avais demandé un supplément bacon que tu n’as pas eu, tes frites étaient molles et pas assez cuites, le pain un poil étouffe-chrétien et ton steak saignant au lieu d’à point. Néanmoins il faut bien noter que la viande était bonne et très fondante…

Le moins

Le prix. Ce n’est clairement pas un super rapport qualité – prix. La pièce de boeuf est à 25€. Et bien qu’elle ait 6 mois de maturation, elle ne casse pas 3 pattes à un canard. Pour ce qui est du cheeseburger, soit il a prit 3€ en un mois, soit il prend 3€ entre le midi et le soir. Toujours est-il que tu l’as vu à 13€ sur le Fooding mais que toi tu l’as payé 16€. Quant au plat le moins cher, il s’agit du hot dog. Et à 14€ il fait partie des hot dogs les plus chers de Paris. Seul le bon mojito à 7€ t’a permis de digérer un peu mieux l’addition.

Le plus

Le brunch le week-end. Installée sur la terrasse face au parc, tu seras au top.

Danny Rose, bistrot new yorkais aux Buttes Chaumont, Paris

Danny Rose / Danny Hills (tu ne sais pas trop quel est le nom officiel puisque tu trouves les 2 sur la devanture) – 84 Avenue Secrétan, 75019 Paris ‎- 01 42 06 44 21 – www.danny-rose.fr
Burger à 16€ / Mojito à 7€

Belles trouvailles et bonne ripaille au Comptoir des Chineurs.

Pour planter l’décor

Oui faire les brocantes c’est très sympa. Mais t’as toujours la flemme de fouiller. Et le grenier de mémé Renée, ça fait des années que t’es censée aller y fouiner. Quant à cette table défraîchie au bord du trottoir, évidemment elle serait très jolie une fois retapée. Mais les travaux manuels et toi ça fait au moins trois. Avec tout ça, ton appart est malheureusement un peu devenu le showroom d’Ikea. Mais ça, c’était avant de decouvrir Le Comptoir des Chineurs.

C’est un bistrot atypique

Le Comptoir des Chineurs c’est le petit bistrot de Ghaith. Et toute la deco c’est lui qui l’a chiné. Cet ancien pubard adore partir à la chasse aux objets rares. Et le truc chouette, c’est que chez lui, tout s’achète. Chaises en Formica, tables en bois, miroir baroque, assiettes ou même cagettes, … Toutes les merveilles qu’il dégote, tu peux repartir avec. Alors tu prends quoi ? La cage aux oiseaux suspendue, le vieux casque chauffant de coiffeur ou le vieil appareil photo sur trépied ?

& un bistrot gourmand

Tu trouves les classiques des bistrots. Des planches de fromages ou de charcuterie (le lomo déchire). Généreuses mais pas écoeurantes. Mais aussi des burgers qui font l’unanimité. Et des salades pour plus de légèreté.

Le plus

Le brunch le week-end.

Bistrot le comptoir des chineurs abbesses

Le Comptoir des Chineurs – 8 rue Durantin 75018 Paris – Métro Abbesses
facebook.com/LeComptoirDesChineurs
Le verre du vin du moment à 5€ – La planche mixte à 14€

Un repas taillé sur-mesure chez Ozo.

Pour planter l’décor

« Pour moi ce sera l’entrecôte mais avec de la purée à la place des frites ! Et je préférerai la sauce échalotes de l’onglet à la place de celle au poivre. Pour le dessert je prendrai la tarte aux pommes mais si vous pouviez me mettre une boule noisette à la place de celle à la vanille ça serait par-fait ! Et à boire vous m’apporterez simplement un Perrier mais sans les bulles bien sûr ! » Un resto où tu peux choisir la combinaison précise de ton repas sans passer pour une relou t’en rêves. Réjouis toi, il existe. C’est Ozo.

C’est un restaurant atypique

Parce que chez Ozo tu n’as pas d’entrée mais tu attaques directement par ton plat. Mais pas n’importe quel plat. Le plat que tu composes toi-même. Tu sélectionnes d’abord le produit de base, puis la saveur (la sauce à laquelle le plat est cuisiné) et enfin les accompagnements. Le tout servi sur un joli plateau en bois compartimenté.

& un restaurant gourmand

Parce que dès l’apéro ça t’envoi du rêve. La liste des cocktails est variée et surprenante. Le Kimber à base de concombre par exemple. Ensuite t’as des saveurs et des produits pour vraiment tous les goûts. Ce soir là, t’étais en mode Asie. Du coup ton choix s’est porté sur le cabillaud façon Mékong (lait de coco, citronnelle, gingembre, basilic rouge, coriandre, combava, cajou et germe de luzerne) avec nouilles soba (coriandre, cacahuète, pousse de soja) et poivronnade (poivron rouges, oranges et verts, ananas, lait de coco et curry). Tu t’es régalée.

Le moins

La quantité des accompagnements n’est pas hyper généreuse. Le plat est du coup assez vite terminé. Et étant donné que la carte des desserts n’est pas vraiment folle, tu n’en prends pas et termines donc ton repas sur une légère déception.

Ozo

OZO – 37 Rue Quincampoix, 75004 Paris – 01 42 77 10 03
Cocktails Kimber à 11€ – Formule cabillaud + nouilles + poivronnade à 19€
Crédits photos : www.ozoresto.com