La quinzaine de la vanille dans les brasseries Frères Blanc.

Pour planter l’décor

La vanille t’es habituée à son goût depuis toujours. Avec le chocolat c’est un des parfums les plus communs qui soit. La vanille est tellement répandue que lorsque tu étais petite tu pensais que tu n’aimais pas ça. Tu trouvais ça fade et sans grand intérêt, tout ça parce tu ne la consommais que sous forme d’arôme artificiel (oui tu avais déjà un palais très exigeant à 5 ans et alors ?). En revanche aujourd’hui, tu sais que tu aimes la vanille. Beaucoup même, vraiment beaucoup. Parce qu’en fait une bonne vanille c’est absolument incroyable, une bonne vanille c’est puissant, c’est très parfumé et ça ne passe clairement pas inaperçu. Du coup, lorsque tu as été invitée à déguster un menu qui lui est entièrement consacré, tu ne t’es pas faites prier.

C’est un événement atypique

Chez les Frères Blanc ils aiment aussi la vanille. Et ils l’aiment tellement qu’ils ont décidé de lui rendre hommage en créant deux menus éphémères sur deux semaines mettant en scène cette épice reine. Bernard Leprince, chef et meilleur ouvrier de France, a imaginé six recettes spéciales à découvrir du 15 au 29 mai, dans l’ensemble des restaurants du groupe. Et, ce qui est intéressant avec cette opération, c’est que tu pourras goûter la vanille sous forme de plats sucrés, de plats salés et de cocktail.   

& un événement gourmand

Il n’existe pas une seule vanille mais des vanilles. Et des grands crus même. C’est pourquoi, à l’occasion de ces deux semaines spéciales, le chef a travaillé avec trois variétés différentes. La vanille Planifolia de Madagascar, la plus répandue, a été utilisée dans la préparation d’un cocktail au champagne -léger et rafraîchissant-. La vanille Tahitensis de Tahiti, la plus rare, a été associée aux deux plats salés : un dos de cabillaud vapeur avec une variation de tomates épicées -délicat, parfaitement cuit et une sauce à en lécher ton assiette- et un magret de canard avec céleri rôtis à la pomme verte -surprenant et élégant-. Quant à la vanille de Nouvelle Calédonie, tu la retrouves dans les trois desserts : le carpaccio de fruits rouges et kiwi au sirop ; la coupe de fruits rouges à la chantilly et le traditionnel riz au lait des familles. La vanille de Tahiti c’est clairement ton coup de coeur. Tu la reconnais facilement à sa longue gousse charnue et souple (oui c’est une épice très sensuelle !). La souplesse c’est d’ailleurs un gage de qualité puisque pour reconnaître une bonne vanille il suffit que tu puisses l’enrouler autour de ton doigt sans qu’elle ne casse !

En mai, deux semaines spéciales vanille dans les brasseries Frères Blanc.

Au Pied de Cochon - 6 rue Coquillère 75001 Paris – Chez Jenny - 39 boulevard du Temple 75003 Paris – Le Petit Zinc - 11 rue Saint-Benoît 75006 Paris – Le Procope - 13 rue de l’Ancienne Comédie 75006 Paris – Flora Danica - 142 avenue des Champs Élysées 75008 Paris – La Fermette Marboeuf - 5 rue Marboeuf 75008 Paris – Brasserie La Lorraine - 2 place des Ternes 75008 Paris – Le Grand Café Capucines - 4 boulevard des Capucines 75009 Paris – Charlot Roi des Coquillages - 12 place de Clichy 75009 Paris – Le Sud - 91 boulevard Gouvion-Saint-Cyr 75017 Paris – Bar André - 5 rue St-Jean 17000 La Rochelle – La Lorraine - 7 place d’Armes 1136 Luxembourg

Les plats à base de vanille seront proposés du 15 au 29 mai entre 9,5 et 29€.

À l’occasion de cet événement, Mohea -site de vente en ligne de grands crus vanille- offre 10% de remise jusqu’à la fin de l’année aux lecteurs du blog. Code promo : ATY2014.

L’Affiné, le bar à fromages de Tours.

Pour planter l’décor

De chèvre, de vache, de brebis, de bufflonne, à pâte dure, à pâte molle, à pâte persillée, à croûte fleurie, au lait cru, pasteurisé … des types de fromages il en existe des centaines. Et lorsque tu es dans une région fromagère comme la Touraine, t’as justement envie de manger du fromage. Beaucoup de fromage. Du coup quand tu vas à Tours, tu vas à l’Affiné, le seul bar à fromages de la ville.

C’est un restaurant atypique

L’Affiné ce n’est pas un simple restaurant avec des plats à base de fromage. L’Affiné, c’est un restaurant où tu peux déguster et découvrir toutes sortes de fromages. Des fromages régionaux bien sûr, mais pas seulement. C’est le maître fromager nantais Pascal Beillevaire qui a sélectionné et affiné toutes les références proposées. Et à partir de là, plusieurs planches avec différentes approches ont été créées. Une mixte -vache, chévre et brebis- ; une progressive -du fromage le plus doux au plus puissant- ; une découverte de 7 familles ; une exclusive chèvres et brebis de la région ; une spéciale vache ; et une complète avec 15 morceaux différents.

& un restaurant gourmand

Après un surprenant cidre de glace québécois en apéritif, tu pourras entre autres découvrir une planche avec un chèvre de l’île de Ré, un broccui corse sec, un brie truffé affiné maison, un banon au goût de noisette -ton préféré de la planche-, un morceau au cumin, un Saint-Nectaire ou encore un bleu. Les fromages sont servis avec des fruits secs et des fruits frais, avec un pain d’épice ultra ultra uuuultra bon et avec un beurre demi-sel Beillevaire -au top aussi-. Les produits sont vraiment tous d’une super qualité et ont beaucoup de goût ! Et si t’es plutôt du genre à vouloir manger un « vrai » plat, tu peux toujours essayer les salades et gratins maison, à base de fromage également évidemment. Et en dessert, tu as notamment la divine poire tapée au coteaux du Layon, caramel et glace au lait -spécialité régionale-.

Le plus

C’est un détail mais à l’Affiné le vin est carafé. C’est d’autant plus agréable que tu ne vois pas ça très souvent et encore moins dans ce genre d’endroits très abordables.

L'Affiné, le bar à fromages de Tours.

L’Affiné - 66 rue Colbert 37000 Tours – 02 47 61 32 34 – www.laffine.com

Clamato, la bistronomie marine miniature made in Bertrand Grébaut.

Clamato, la table marine et sans réservation de Bertrand Grébaut.

Pour planter l’décor

Les cabanes de pêcheurs ont le vent en poupe depuis quelques temps déjà à Paris. Tout le monde est en quête de son petit coin iodé pour se ressourcer. Bertrand Grébaut aurait donc eu tord de s’en priver. Après son Septime fraîchement étoilé, il te propose, avec Clamato, une échappée marine en mode bistrot plutôt décontracté.

C’est un restaurant atypique

Clamato c’est une cabane en bois -verte et bleu canard- lumineuse avec ses baies vitrées et conviviale avec son comptoir. Clamato c’est aussi un mash-up de deux grandes tendances actuelles. Celle des tapas chics d’un côté et celle des bars à huîtres et produits de la mer de l’autre. Et c’est réussi !

& un restaurant gourmand

À la carte tu trouves entre autres : différentes variétés d’huîtres, des accras de crabe -très bons-, une bresaola de thon avec betterave et basilic -magnifique et la bresaola est bluffante-, un haddock avec pomme de terre et moutarde, un maquereau avec choucroute de navet et chou frisé, une dorade marbrée avec radis noir et coriandre, des coques avec butternut et curcuma frais -la butternut était trop ferme à ton goût-, une mandarine givrée et noisettes -l’accord est canon- et, le meilleur pour la fin, une tartelette au sirop d’érable vraiment mortelle ! Il faut que tu comptes environ trois assiettes par personne pour être calé. L’idée étant évidemment de les faire tourner autour de la tablée.

Le plus et le moins

Contrairement à Septime -où il faut absolument réserver 3 semaines avant-, Clamato ne prend pas de réservation. Tu dois y venir tôt en espérant très très fort y trouver une table ou un bout de comptoir de libre.

 

Clamato - 80 rue de Charonne 75011 Paris – 01 43 72 74 53 – Pas de réservation – Plats de 7 à 21€ – septime-charonne.fr