Le poulpe à la galicienne, un plat festif typiquement espagnol.

Ce qui est bien lorsque tu te mets à faire du tri dans ton disque dur, c’est que tu retombes sur des choses dont tu avais totalement oublié l’existence. Nostalgie.
Ton expérience du poulpe commence à dater un peu mais elle était tellement atypique que tu avais envie de la partager.
Alors déjà manger du poulpe ce n’est pas un truc dont tu avais l’habitude avant ton séjour en Galice. Mais de le voir vivant, puis juste après dans ton assiette encore moins. La préparation du poulpe à la galicienne, plat traditionnel de fête, est assez surprenante.
Le gros poulpe est d’abord plongé vivant dans de l’eau bouillante. Il meurt et il cuit donc. Les femmes (parce que ce n’était bien que des femmes qui préparaient le plat) le récupèrent ensuite et commencent à le découper. Avec une paire de ciseaux. Clac, clac, clac, clac. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, la grosse bête se retrouve en mille morceaux.
Hop le poulpe en pièces est jeté sur une planche en bois. Un bon filet d’huile d’olive par-dessus et enfin une grosse pincée de piment pour relever le tout. Et bim ta planche t’arrive sous le nez. Passer la minute où tu te dis « je ne vais jamais pouvoir manger ça ! ». Tu t’armes d’un bout de pain et tu viens picorer le poulpe en sauçant le plat.  Moralité, il faut toujours être un peu aventurier dans l’âme car tu n’as pas été déçue du tout. Les morceaux de chair étaient très bons. Par contre les tentacules beaucoup moins. Pas du tout même.

spécialité locale poulpe à la galicienne

Spécialités malgaches et réunionnaises au Boeuf A Boss.

Pour planter l’décor

Bientôt le printemps. Envie de soleil, de plage, de cocotiers. L’océan Indien serait parfait ! Malheureusement impossible de poser des congés et encore moins de claquer 1000€ dans un billet. Heureusement pour 25€ tu peux quand même un peu voyager. Au moins dans ton assiette.

C’est un restaurant atypique

Toute la carte du Boeuf A Boss, des apéritifs aux desserts, n’est composée que de spécialités malgaches et réunionnaises. 

& un restaurant gourmand

Tu étais avec toute ta famille, vous avez tous pris des plats différents, et tout le monde a été ravie par le contenu de son assiette. Tout était très bon et parfumé. En entrée vous vous êtes partagés un Mix Kréol à base de minis nems aux crevettes, samboss (ou samoussa) et beignets de morue. Top. Ensuite tu as choisi le plat dont le nom t’intriguait le plus « Baba figue boucané ». Alors ce n’est pas du tout un baba au rhum à la figue hein. A la Réunion le baba figue désigne en fait la fleur du bananier (tu ne savais même pas que ça se mangeait) et le boucané de la viande de porc fumé. Il s’agit donc d’un plat traditionnel qui mélange ces deux ingrédients avec des tomates, des oignons et des épices. C’est vraiment très bon. Un des meilleurs plats exotiques que tu aies mangé ! Le classique rougail saucisses était aussi très réussi, tout comme le cari poulet, le civet cop Kréol (le chef sera ravi si tu commandes ce plat, il adore le faire) et l’agneau massalé (une énorme souris d’agneau). Tout ces plats étaient accompagnés de riz safrané et de lentilles. C’était tellement copieux que tu n’as même pas eu la place pour goûter au gâteau de patates douces qui te tentait pourtant beaucoup !

Le moins

L’emplacement du Boeuf A Boss n’est pas très vivant et le décor pas assez dépaysant à ton goût.

Le Boeuf A Boss - restaurant malgache et réunionnais - Tours

Le Boeuf A Boss – 184 Rue Édouard Vaillant 37000 Tours – 02 47 46 04 61
Entrées de 6,5€ à 8,5€ – Plats de 14,5€ à 18,5€ – Desserts à 5,5€ – Formules à 18,5€ et 23,5€

Qu’est-ce qu’on mange à Amsterdam ?

  • Paris – Clermont-Ferrand en train : jusqu’à 5h et deux changements.
  • Paris – Quimper en train : jusqu’à 6h et un changement.
  • Paris – Carcassonne en train : jusqu’à 7h30 sans changement.
  • Paris – Amsterdam en train : 3h15, direct.

Du coup tu n’hésites pas trop et tu pars te détendre au bord des canaux.

Niveau gastronomie tu trouveras forcément ton bonheur. T’en as pour tous les goûts, du plus raffiné à la street food bien fat. Du coup, tu as goûté un peu à tout pour te faire ta petite idée : de Wok to Walk, la chaîne de restauration rapide spécialisée dans le wok à emporter, jusqu’au vieux restaurant traditionnel hollandais gastronomique D’Vijff Vlieghen. Et tu as vraiment aimé ce que tu as mangé.

Trois endroits / plats t’ont cependant un peu plus marqué : 

  • Le goûter à la très jolie Villa Zeezicht : de très bonnes tartes, des smoothies au top, une jolie terrasse quand il fait beau et chaud, une déco rustico-champêtre très agréable.
  • Un thé à la menthe que tu pourras boire un peu partout. Tu as beaucoup aimé celui que tu as bu dans le Vondelpark. Avec de l’eau chaude, beaucoup de menthe fraîche directement dans ton verre et le sucre à part. Très parfumée.
  • Enfin un des trucs qui t’a le plus interpellé ce sont les distributeurs Febo. Des distributeurs d’hamburger et autres croquettes panées. Chauds toujours. Alors tout est loin d’être bon mais ça marche très bien et c’est plutôt pratique pour une micro faim d’un truc fat. Plusieurs dans la ville et à la gare.

VILLA ZEEZICHT AMSTERDAMTHE MENTHE AMSTERDAMDISTRIBUTEUR_FASTFOOD_FEBO

Villa Zeezicht – Torensteeg 7, 1012 TH Amsterdam – +31 20 626 7433