Prendre racine dans un bouillon

Pas de saison pour le bouillon !
Le bouillon c’est bon, même en été. Bien sûr on ne parle pas de la soupe mais du lieu, le bouillon étant l’ancêtre parisien des brasseries. Vous vous dites sûrement que même si il ne s’agit pas de soupe ce n’est pas un lieu très estival. Alors certes ce n’est pas le hot spot de l’été pour les parisiens, mais pour vos potes étrangers c’est complètement exotique et recherché ! On ne vient pas à Paris pour manger un burger (même si il y en a de très bons), on vient à Paris manger une soupe à l’oignon ou une gaufre à la crème brûlée. Et pour les rigides qui diront que « ça ne fait pas été » (les mêmes qui ne mangent des raclettes qu’en hiver évidemment), il y a en ce moment la Quinzaine Gourmande avec un excellent pavé de turbot, poêlée de légumes provençaux et émulsion à la badiane.
Voilà, quelqu’un a encore un mot à dire maintenant ?

bouillon racine restaurant parisbouillon racine restaurant parisien traditionnel

Bouillon Racine – 3, rue Racine 75006 Paris – 01 44 32 15 60
www.bouillon-racine.com / restopartner.com

Le Gallopin, ce vieux titi de 140 ans qui se refait une jeunesse.

Chaque restaurant a certes une histoire, mais tous ne marquent certainement pas l’Histoire. Il y a ceux qui créent la tendance, ceux qui la suivent et ceux qui sont hors du temps, comme le Gallopin et ses 140 ans d’histoire. Le Gallopin, comme le galopin de bière ? Oui comme le galopin de bière, c’est même complètement éponyme ! Pour la petite histoire, c’est monsieur Gustave Gallopin qui a non seulement laissé son nom au restaurant mais également à la mesure de bière qu’il a créé. Et, pour la minute culture, il s’agissait à l’origine d’une chope en argent qui givre et devient froide au contact de la bière pour la garder constamment fraîche. Adieu la bière chaude, du génie ! Malheureusement aujourd’hui la mesure existe toujours mais la chope en argent a laissé place aux vulgaires chopes en verre et aux fonds de bières tièdes. Merci le progrès. Sauf au Gallopin bien sûr, où la tradition et l’art de vivre sont toujours de mise !
le gallopin brasserie traditionnelle parisienne bourse
Et sinon qu’est-ce qu’on mange au Gallopin ? Une cuisine tex-mex bien sûr. Nan j’déconne. Une cuisine française bourgeoise évidemment ! Cela serait de toutes façons une offense à son décor Belle Epoque et à son immense verrière créée à l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris que d’y manger autre chose. On est donc sur de la gratinée à l’oignon, du hareng pommes de terre, de l’oeuf cassé et asperges ou encore de l’artichaut rémoulade en entrées. Sur de l’aile de raie, du poulet estragon, du tartare au couteau, de la tête de veau ravigote ou encore des ris de veau braisés en plats. Et sur de l’omelette norvégienne flambée, des fraises, de la crème caramel ou encore de l’île flottante en desserts. Des classiques, mais des classiques bien réalisés et qu’on ne mange finalement pas tous les jours.
le gallopin brasserie traditionnelle française bourse paris
Donc pour ceux qui en ont marre des restos hypes inréservables, des petites salles bondées et des services approximatifs, il existe toujours ce genre d’endroits à Paris. Ceux qui étaient là avant la tendance et qui seront là encore après, ceux qui nous vous prennent pas de haut parce que ce sont les nouveaux The Place To Be de Paris ou parce que des étoiles les font briller. Mais ceux qui vous traitent comme des princesses alors que vous n’en êtes pas une et qu’il faut chercher car on n’en parle pas. Le Gallopin, après avoir perdu de sa superbe pendant quelques années l’a maintenant retrouvée et fait clairement parti de ceux-là. Et ce n’est pas parce que le lieu et le service sont élégants que l’on s’y fait chier, il y a même un petit salon privatisable pour rire à gorge déployée en toute intimité…
le gallopin ancienne brasserie traditionnelle française bourse paris
Le Gallopin
40 Rue Notre Dame des Victoires, 75002 Paris – 01 42 36 45 38 – M. Bourse

La bûche de Noël Mauboussin.

On connait Mauboussin pour ses bijoux. Ses bagues surtout. Et essentiellement en photo d’ailleurs. Parce que tout le monde ne peut pas se permettre d’avoir une bague Mauboussin à son doigt. En revanche, beaucoup plus de monde va bientôt pouvoir se permettre de manger une bague Mauboussin. Oui manger. Alors pas une bague en or évidemment, mais une bague en sucre. Parce que Mauboussin est peut-être une marque de luxe, mais elle a le culot de s’associer à des univers bien plus grand public. Comme la restauration. Et on aurait pu croire qu’elle se serait associée à des tables étoilées. Mais non, elle a décidé de le faire avec une brasserie. Bon, on n’est pas non plus sur n’importe quelle brasserie. La Lorraine est quasi centenaire et le chef qui y supervise la cuisine est meilleur ouvrier de France.
Du coup, cette association assez improbable a donné naissance à une très jolie bûche de Noël sertie d’une bague en sucre. Le dessert se compose d’un sablé aux zestes d’agrumes et noisettes recouvert d’une gelée exotique, d’un roulé à la pistache, d’une mousseline à l’arbousier, d’inclusions exotique et fruits rouge, de macarons aux extrémités et de la célèbre étoile Mauboussin en chocolat blanc.

Brasserie La Lorraine
2 Place des Ternes 75008 Paris – 01 56 21 22 00
La bûche Mauboussin sera disponible du 15 décembre au 2 janvier.

La bûche de Noël Mauboussin à la brasserie La Lorraine.