La quinzaine de la Saint-Jacques au restaurant Chez Frezet dans le 18e.

Pour planter l’décor

On a complètement perdu la notion des saisons. Et pas à cause du temps qu’il fait non (enfin pas seulement). Mais parce qu’en cherchant un peu, on trouve à peu près tout ce qu’on veut, tout le temps, partout. La faute aux surgelés, la faute à l’importation, la faute aux restaurateurs qui proposent un risotto d’asperge en novembre, la faute à Paris où ce n’est pas mega easy de faire pousser quelque chose sur son balcon (quand on a la chance d’en avoir un), la faute aux parents qui, face à un « j’aime pas », abandonnent l’idée d’éduquer leurs enfants aux légumes (ceci dit je les comprends les enfants, moi aussi je fais la gueule devant une boîte d’haricots verts juste réchauffés ! Un peu d’imagination ou un p’tit tour sur Marmiton et ça passera tout seul bordel !). Donc, hormis quelques personnes averties, on ne sait globalement pas quand poussent les fruits et légumes que l’on consomme quotidiennement. Exceptions faites des citrouilles (Halloween oblige), des clémentines (parce que ça sent Noël) et des cerises (mais ça, ça doit être uniquement dû à un lointain souvenir personnel). Et puis alors, on sait encore moins que la viande et les produits de la mer sont également soumis aux saisons ! Franchement, qui sait qu’il est interdit de pêcher la Saint-Jacques d’avril à octobre mais que c’est autorisé à partir de novembre pour seulement trois jours par semaine pendant 45 minutes ? Ceux qui savent, respect.

C’est un événement atypique

Alors c’est sûr ce n’est pas une révolution, mais dans ce contexte « la quinzaine gourmande » du collectif RestoPartner est top. Pendant quinze jours, chaque saison, un produit est à l’honneur à la carte des restaurants qui participent à l’opération. Pour l’occasion, les chefs inventent une recette en phase avec l’esprit de leur établissement et ce mois-ci c’est donc de la Saint-Jacques dont il est question. Pour cette quinzaine de la Saint-Jacques, qui dure encore jusqu’au 23 novembre, ce sont donc 10 façons de cuisiner ce produit qui sont à découvrir dans 10 restaurants parisiens différents.

& un événement gourmand

Moi c’est Chez Frezet que j’ai décidé d’aller, ce restaurant de quartier de la rue Ordener au décor années 50 et à la cuisine française bien tradi. Une atmosphère chaleureuse et hyper conviviale règne ici. On se sent un peu hors de temps, tout simplement parce qu’on n’est pas dans l’air du temps. On est clairement à des années-lumières de tous ces nouveaux spots branchés pour bobos qui ouvrent tout le temps (sérieusement on ne sait plus où donner de la fourchette à la fin). Non, ici on est dans l’authentique, voir le rustique. Ici tu viens manger une tête de veau le dimanche midi avec ta mère, ta grand-mère, ta soeur et ses enfants (le resto est family-friendly et a des chaises hautes à dispo). Ici tu trouves des oeufs farcis chimay (duxelles de champignons et sauce mornay), une recette française bien classique, hyper bonne et pourtant quasiment introuvable. Et ici, en ce moment, tu trouves bien sûr des Saint-Jacques (d’Erquy et de Saint-Malo). Elles sont proposées juste poêlées, accompagnées de poireaux et d’une réduction de jus de viande et vinaigre de xérès. C’est bon et la sauce au jus de viande est très surprenante. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ça s’accorde très bien avec le mollusque !

Chez Frezet
181 rue Ordener, 75018 Paris – 01 46 06 64 20
chezfrezet.com restopartner.com

La quinzaine de la Saint-Jacques : en novembre dans le restaurant Chez Frezet à Paris.La quinzaine de la Saint-Jacques : en novembre dans le restaurant Chez Frezet à Paris.La quinzaine de la Saint-Jacques : en novembre dans le restaurant Chez Frezet à Paris.La quinzaine de la Saint-Jacques : en novembre dans le restaurant Chez Frezet à Paris.

Une balade en Brière à la jolie Mare aux Oiseaux d’Eric Guérin.

Pour planter l’décor

Avec ses canards, pigeons-paons, padas, poules et grues couronnées, La Mare aux Oiseaux aurait très bien pu être un parc ornithologique. Mais non, ici c’est d’abord son estomac qu’on vient régaler. Parce que La Mare aux Oiseaux c’est le restaurant gastronomique du chef Eric Guérin et qu’il vaut très largement le détour dans le parc naturel de la Brière (à 1h de voiture de Nantes pour situer).

C’est un restaurant atypique

Attention méga bon plan ! La Mare aux Oiseaux, avec son étoile au compteur, propose un menu en 4 étapes à 45€. La Balade en Brière de son p’tit nom. Mais bien sûr, comme dans la plupart des restaurants gastronomiques, ce menu à prix abordable n’est proposé que le midi. Sauf que chose très cool, contrairement à beaucoup d’autres, il est également servi le samedi. Ce qui t’évite donc de griller un RTT juste pour aller déj’.

& un restaurant gourmand

La Balade en Brière c’est une entrée + un plat + un fromage + un dessert. Et comme dans tous restaurant étoilé tu as en plus des amuses-bouche + une mise en bouche + du beurre à tartiner + des mignardises avec le café.  Donc autant dire que tout ça pour 45€ c’est plus qu’honnête ! Et pour te donner une idée de ce que tu as dans ton assiette à ce prix, en ce moment la Balade en Brière c’est :

  • En entréel’artichaut, radis et pigeon fumé ou bien la tomate fondante au coeur de tzatziki de chèvre et infusion glacée aux fleurs. Tu as choisi la tomate qui se trouve vraiment être aussi bonne que belle !
  • En plat : le mi-cuit d’espadon et beurre de céréales ou bien le veau, dim sum de courgette et melon d’eau. À noter que le veau est servi mi-cuit -voir pas cuit du tout en son coeur- et que, même si c’est la façon dont il doit être proposé, ça ne plaît pas à tout le monde et en l’occurrence toit tu l’apprécies beaucoup plus lorsqu’il est juste rosé. Du coup, il faut bien que tu précises ta cuisson au moment de la commande (mais si tu as oublié de le faire et qu’en plus tu as goûté la viande en l’état -en foutant du coup bien le bordel dans ton assiette-, ça n’est pas grave tu peux toujours la renvoyer et tu retrouveras en plus ton plat à nouveau parfaitement dressé).
  • 1 fromage : le reblochon d’été farci aux olives noires. Original et bon.
  • 1 dessert de Rodolphe Groizard : au choix dans toute la carte. Tu as opté pour le fondant abricot, gingembre et estragon. Très joli dessert mais contrairement à ton entrée tu l’as trouvé beaucoup plus beau que bon.

Le plus

La Mare aux Oiseaux n’est pas seulement un restaurant, c’est aussi un hôtel – SPA. Du coup, sous réserve d’avoir le temps et l’argent, le gros kiff est d’y passer une nuit, d’aller barboter dans le jacuzzi et même de faire un tour de barque sur la Brière. D’y passer un week-end pépère quoi.

Balade en Brière à la Mare aux Oiseaux du chef Eric Guérin

La Mare aux Oiseaux – Parc Régional de Brière
223 rue du Chef de l’Île de Fédrun – 44720 Saint Joachim – 02 40 88 53 01
www.mareauxoiseaux.fr

Cocktail au mezcal et assiettes créatives au Mary Celeste.

Pour planter l’décor

On ne présente plus le Mary Celeste et sa cabane de pêcheurs ultra hype.

C’est un bar atypique

Par contre on peut présenter son cocktail El Curado ! Une tuerie à base de mezcal. C’est à New York, où il est beaucoup plus connu et répandu qu’en France, que tu as découvert cet alcool mexicain distillé à partir d’agave et facilement reconnaissable à son goût fumé et boisé. Au début, tu as été hyper surprise par son goût ultra puissant et très différent de tout ce que tu connais. Mais une fois ton palais apprivoisé, tu en es tombée complètement addict. À tel point que tu t’es mise en quête de trouver tous les endroits où il en est servi à Paris ! Et au Mary Celeste, tu en as trouvé dans le El Curado. Ce cocktail ultra relevé se compose donc de mezcal, citron vert, piment vert frais, sel fumé et ananas (qui donne plus de couleur que de goût).

& un bar gourmand

Niveau bouffe ça tabasse plutôt pas mal aussi. À l’instar de Clamato par exemple, le Mary Celeste propose des assiettes marines façon tapas bistronomiques. L’accent est mit sur les produits de la mer mais pas que. Tu trouves autant du thon blanc cru & radis pickles (frais, bien assaisonné et avec plusieurs textures) / que du saumon cru, chips & miel / du pain de maïs / des tacos d’épaule de porc / un tartare de boeuf, amandes rôties, harissa & olives kalamata / mais aussi des aubergines rôties, pignon de pin, miel & pain croustillant (le meilleur plat d’aubergine que tu aies jamais mangé) / et en dessert une crème de fenouil, orange & sirop d’olive. C’est original, audacieux, fin, frais et bon.

Le moins

Le Mary Celeste est toujours aussi blindé que depuis son ouverture, donc il vaut mieux réserver ou arriver tôt !

Mary Celeste, restaurant de poisson et bar à cocktails à Paris

Mary Celeste - 1 rue Commines 75003 Paris ‎- 09 80 72 98 83
M. Saint-Sébastien Froissart
www.lemaryceleste.com