La quinzaine de la Saint-Jacques au restaurant Chez Frezet dans le 18e.

Pour planter l’décor

On a complètement perdu la notion des saisons. Et pas à cause du temps qu’il fait non (enfin pas seulement). Mais parce qu’en cherchant un peu, on trouve à peu près tout ce qu’on veut, tout le temps, partout. La faute aux surgelés, la faute à l’importation, la faute aux restaurateurs qui proposent un risotto d’asperge en novembre, la faute à Paris où ce n’est pas mega easy de faire pousser quelque chose sur son balcon (quand on a la chance d’en avoir un), la faute aux parents qui, face à un « j’aime pas », abandonnent l’idée d’éduquer leurs enfants aux légumes (ceci dit je les comprends les enfants, moi aussi je fais la gueule devant une boîte d’haricots verts juste réchauffés ! Un peu d’imagination ou un p’tit tour sur Marmiton et ça passera tout seul bordel !). Donc, hormis quelques personnes averties, on ne sait globalement pas quand poussent les fruits et légumes que l’on consomme quotidiennement. Exceptions faites des citrouilles (Halloween oblige), des clémentines (parce que ça sent Noël) et des cerises (mais ça, ça doit être uniquement dû à un lointain souvenir personnel). Et puis alors, on sait encore moins que la viande et les produits de la mer sont également soumis aux saisons ! Franchement, qui sait qu’il est interdit de pêcher la Saint-Jacques d’avril à octobre mais que c’est autorisé à partir de novembre pour seulement trois jours par semaine pendant 45 minutes ? Ceux qui savent, respect.

C’est un événement atypique

Alors c’est sûr ce n’est pas une révolution, mais dans ce contexte « la quinzaine gourmande » du collectif RestoPartner est top. Pendant quinze jours, chaque saison, un produit est à l’honneur à la carte des restaurants qui participent à l’opération. Pour l’occasion, les chefs inventent une recette en phase avec l’esprit de leur établissement et ce mois-ci c’est donc de la Saint-Jacques dont il est question. Pour cette quinzaine de la Saint-Jacques, qui dure encore jusqu’au 23 novembre, ce sont donc 10 façons de cuisiner ce produit qui sont à découvrir dans 10 restaurants parisiens différents.

& un événement gourmand

Moi c’est Chez Frezet que j’ai décidé d’aller, ce restaurant de quartier de la rue Ordener au décor années 50 et à la cuisine française bien tradi. Une atmosphère chaleureuse et hyper conviviale règne ici. On se sent un peu hors de temps, tout simplement parce qu’on n’est pas dans l’air du temps. On est clairement à des années-lumières de tous ces nouveaux spots branchés pour bobos qui ouvrent tout le temps (sérieusement on ne sait plus où donner de la fourchette à la fin). Non, ici on est dans l’authentique, voir le rustique. Ici tu viens manger une tête de veau le dimanche midi avec ta mère, ta grand-mère, ta soeur et ses enfants (le resto est family-friendly et a des chaises hautes à dispo). Ici tu trouves des oeufs farcis chimay (duxelles de champignons et sauce mornay), une recette française bien classique, hyper bonne et pourtant quasiment introuvable. Et ici, en ce moment, tu trouves bien sûr des Saint-Jacques (d’Erquy et de Saint-Malo). Elles sont proposées juste poêlées, accompagnées de poireaux et d’une réduction de jus de viande et vinaigre de xérès. C’est bon et la sauce au jus de viande est très surprenante. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ça s’accorde très bien avec le mollusque !

Chez Frezet
181 rue Ordener, 75018 Paris – 01 46 06 64 20
chezfrezet.com restopartner.com

La quinzaine de la Saint-Jacques : en novembre dans le restaurant Chez Frezet à Paris.La quinzaine de la Saint-Jacques : en novembre dans le restaurant Chez Frezet à Paris.La quinzaine de la Saint-Jacques : en novembre dans le restaurant Chez Frezet à Paris.La quinzaine de la Saint-Jacques : en novembre dans le restaurant Chez Frezet à Paris.