Le poulpe à la galicienne, un plat festif typiquement espagnol.

Ce qui est bien lorsque tu te mets à faire du tri dans ton disque dur, c’est que tu retombes sur des choses dont tu avais totalement oublié l’existence. Nostalgie.
Ton expérience du poulpe commence à dater un peu mais elle était tellement atypique que tu avais envie de la partager.
Alors déjà manger du poulpe ce n’est pas un truc dont tu avais l’habitude avant ton séjour en Galice. Mais de le voir vivant, puis juste après dans ton assiette encore moins. La préparation du poulpe à la galicienne, plat traditionnel de fête, est assez surprenante.
Le gros poulpe est d’abord plongé vivant dans de l’eau bouillante. Il meurt et il cuit donc. Les femmes (parce que ce n’était bien que des femmes qui préparaient le plat) le récupèrent ensuite et commencent à le découper. Avec une paire de ciseaux. Clac, clac, clac, clac. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, la grosse bête se retrouve en mille morceaux.
Hop le poulpe en pièces est jeté sur une planche en bois. Un bon filet d’huile d’olive par-dessus et enfin une grosse pincée de piment pour relever le tout. Et bim ta planche t’arrive sous le nez. Passer la minute où tu te dis « je ne vais jamais pouvoir manger ça ! ». Tu t’armes d’un bout de pain et tu viens picorer le poulpe en sauçant le plat.  Moralité, il faut toujours être un peu aventurier dans l’âme car tu n’as pas été déçue du tout. Les morceaux de chair étaient très bons. Par contre les tentacules beaucoup moins. Pas du tout même.

spécialité locale poulpe à la galicienne